Archives de Catégorie: opinions

NYANSAPO Festival: To Have the Nerve to be a Political and Autonomous Afro- Descendant Organization

2

Last week, we were called racist countless times. They accused us of promoting racial segregation and discrimination. They compared our association to the Ku Klux Klan. They told us to stop with the fabrications. They told us to stop « pretending to be Americans ». They told us we were colourist and that we were going to sort people according to their melanin count. They told us that it was actions like ours that led to genocide, to the Shoah. They told us we’d be better off in South Africa. They told us to go live « in black-only places ». They told us to go back to Africa. They told us that we declared war against white people, against white men, against white women (and who were now sad because of us), against the white people in relationships with black people, against white people who had mixed children, against white people who had black friends. They told us we wanted to destroy the nation, the Republic, humanism, universalism. They told us we were stupid, idiots, useless. They told us we were whores. They told us we were sluts. They told us we were stupid bitches. They told us to go take one up the ass (several dozen times), to go to get excised (4 times), to go to get sodomized by various animals (3 times). They told us they were going to « smash our faces in » (2 times), « beat us to a pulp », « skin us » (once). They called us monkeys (3 times), mules (1 time), shitstains (2 times). The defenders of white feminism, lacking visibility, want to build their careers off our backs, criticizing us for not co-signing their anti-blackness.

 

As a reminder, we’re organizing workshops for black and mixed women on racism, hetero-patriarchy and capitalism. Well then. With this in mind you can reread the first paragraph and then let out a sigh of relief.

Apparently, in 2017, in France, the idea that afro-descendants are organizing politically and autonomously is so intolerable that it warrants an online harassment campaign and threats from the authorities to cancel the event. Well, that’s not exactly right. In 2017, in France, you can have gender/self-segregated feminist gatherings amongst women. There some risk of some criticism from men who don’t understand why they can’t come share their invaluable opinion on the status of women, but you can still get subsidies from Paris City Hall, as is the case for Maison des femmes, where men can not enter. You can organize feminist festivals reserved for women, such as Cineffable, and get funding from Paris City Hall.

Oddly enough, as soon as a certain criteria is added, the racial criteria, self-segregation becomes unacceptable and one must push back from the highest levels of office. At the highest levels of office – you know, those spheres of power where non-white people are so rare that when you have one, you make sure to put them front row in all the pictures.

We want black women of course – to discreetly clean our offices and watch the kids while we put in these high-powered executive hours.

Black women organizing themselves politically, coming together and sitting down to define agendas and strategies of struggle and resistance – much less pleasing.

Nor where we surprised by the reactions of some. Extreme right-wing trolls that get themselves into a lather at jeuxvideos.com, who plan group attacks and compare us to two or three animals while they’re at it – unfortunately we’re used to that.

It logically follows that these trolls and extreme right-wingers find an open ear at Paris City Hall. Left racism has this odd trait of wanting to keep discussion of anti-racism strictly within the discourse of morality. As the left is all that is good in the world, being « humanist » and « universalist » it is quite normal for it to know better than we what to do or not to do against racism. And defying all logic, when taking into account the history of the left in terms of colonialism, racism and co-optation of immigration struggles.

 

On May 29, 2017, Paris City Hall rushed to tweet that it will not only shut down the event but that it plans to sue us for discrimination. In Anne Hidalgo’s tweet, our workshops reserved for black and mixed afro-descendent women are transformed into « forbidden to whites », and as our brother Joao Gabriell noted: « Put simply, this is the umpteenth element of proof that it’s not self-segregation in of itself that bothers these people, but rather the absence of white people –  supposed to incarnate the universal – according to their eurocentric vision. That is to say that from the moment you displace white people, its an attack against their role of reference point around which everything must turn. »

 

This controversy is useful in that it allows us to document what the word « discrimination » means to the Statist left and to organizations championing moral anti-racism (LICRA, SOS Racisme). All this to say: there’s work to do. Apparently, you can discriminate against someone by simply telling them that they can’t do a certain thing.  Gone is the fact there there are relationships of power, social assignment, political, economic or cultural domination, the purpose of which is to prevent these groups from accessing resources (employment, housing, education, etc.) and areas of social value or power (political power, etc.).

 

 

The small problem in their « Be still my heart, and still these black wenches’ tongues » plan is that we’ve already been there. This circus came through town last year, for the first edition of the Decolonial Summer Camp. City Hall can’t cancel our event since the self-segregated workshops take place in private locations. Events happening at La Générale are « open to all ». We were quite surprised to read a tweet from Anne Hidalgo congratulating herself for her firm intervention that brought us to heel (which was weird, since « firm » wasn’t really their tone on phone), followed by a tweet saying that the self-segregated workshops will be held in private locations. From the two tweets one would think this came about as a result of said “intervention”.

However, Ms. Hidalgo, the Internet remembers, as do people. Our promo about the festival came out several weeks ago. The festival web site and program are older than your tweets. Anyone can verify chronologically that no changes have been made to the program.

It is often said that history is written by the victors. More to the point, history is mostly told by dominant forces, who have the power to bend reality to tell the story they want. They never have to apologize. They never have to justify their actions.

Thank you for your wonderful #SuiteAMonInterventionFerme and #TweeteCommeHidalgo, which gave us a good laugh in these difficult times.

 

 

 

 

Self-segregation is a tried and true activist tool. Since last week, in response to some fairly aggressive comments, we pointed people towards a comic book on self-segregated spaces several dozen times, or to this piece by Christine Delphy. The accusations of being segregationists show people’s deep misunderstanding of the fact that self-segregation is not a goal, but a tool, built on decades of activist understanding and analysis of effective feminist, anti-racist, anti-LGBT-phobia, etc. struggles. Any person who ever became involved in these activist movements can quickly realize that these spaces, which one would think are finally spaces of free expression for the minorities affected by these oppressions, often remain spaces defined and controlled by the majority. Which is why associations such as LICRA, SOS Racisme and others don’t really like being reminded of the strangely uniform color of their decision-making bodies. The highjacking of political struggles is a historical and systematic occurrence, used by the dominant system to protect itself, undermining resistance movements at the root. Depoliticize discourses, impose the white and majority view on issues, to impose men’s emotions, issues on feminism, and so on.

 

What do we do in our self-segregated spaces?

 

Some people, surely wanting to help, began to make very unflattering comparisons. « You attack the festival but have nothing to say about identity-based clubs in Lille! » Do we really need to spell out that we’re not quite happy with this completely misplaced comparison? In this case these are spaces controlled by the far right and white supremacist movements, spaces in which a racialized person would literally be in danger, spaces devoted to the development and reinforcement of racist, sexist and violent homophobic theories would literally be in physical danger .

 

The self-segregated spaces we’re setting up allow us to reflect on our organizing as a political body on issues such as police violence, rape culture, homophobia and transphobia, discrimination in employment, housing or education. They are also spaces for the transmission of knowledge and theoretical production on the history of afro-feminist struggles, Afro-Caribbean anti-colonial struggles, Pan-Africanism, anti-capitalism. Finally, these spaces are also places to learn how to take care of ourselves, how to remain proud and loving of our communities, our bodies, how to transmit the history of afro and afrofeminist struggle to children and buffer their self-esteem, and many other things.

 

The funniest thing is that these scandalized reactions to self-segregation in some of the festival’s workshops have in fact reinforced everyone’s opinion on the need for self-segregation (re-read the first paragraph if necessary). We can just imagine a workshop interrupted by A who thinks that « racism exists only if you believe in it« , by B who declares that we are racist because we dare « differentiate between black people and white people« , by C who wants to share »[his] deep understanding of Africa and Africans » because he lived in Mali for two years, D who is convinced that « if you work hard, racism doesn’t matter« , E who « doesn’t see a difference between people anyway« , F who « has read a lot about the history of slavery and could teach [us] a few things », and we could go on for days and days. (All these examples come from real comments, tweets and messages received by Mwasi since the beginning of the controversy). When you see all this you really have to wonder why would folks want self-segregated spaces in the first place?..

 

The same thing happens when you see the misinformation tweets coming from otherwise credible institutions, the many reports and press articles that repeat, without questioning the accuracy of the source and the facts, the loaded phrase « festival bans white people ». Generally speaking media coverage of activism is deplorable and reductive. Fortunately, we saw many quality articles in the foreign press, which could often be summarized by the phrase: « What the fuck, France?« . As with the Burkini, as with the wearing of religious symbols at school, as for the majority of French-from-France debates on everything related to population « diversity », we were comforted by foreigners’ real confusion when encountering « French neuroses » that lead to unjust and absurd situations.

 

 

We believe that we do not have to hold our self-segregated activities in hiding, on the down low. To know that the oppressions we are face are collective experiences and that we therefore need to collectively organize against this system.

 

We therefore send all our love and support to black and mixed afro-descendant people who have had to indirectly suffer the repercussions of this racist offensive; people who like us have been exposed to simultaneously racist, sexist and homophobic comments, tweets and violent messages.

 

We thank all those who have shown us their support, with the hashtag #JeSoutiensMwasi, with messages, with gifts. Starting with the former members of the collective, especially its founder Sharone. We thank the Afro-feminists active on Twitter (you come first), Black Atlantic Twitter that came together from the United States to Britain, by way of Kenya and Haiti (#BlackOnBlackLove), activist groups, associations, and personalities who have supported us unswervingly, from La Générale to Black Lives Matter, not to mention Maboula Soumahoro, Rokhaya Diallo, Françoise Vergès, Amandine Gay, Gerty Dambury, Leonora Miano, Zahra Ali, Sihame Assbague, Many Chroniques, Alice Coffin, Sylvie Tissot, Océanerosemarie, Christine Delphy and all others.

From controversy to controversy, from intimidation to intimidation, racists and shopkeepers of moral anti-racism do not seem to understand that their aggressions only reinforce our determination to organize autonomously. We know the road will be long, that there will be other battles, but we will not fight them alone.

Le Collectif MWASI

SUPPORT OUR FSTIVAL

MEDIA

Podcast

BBC : ‘Black women only’ event in Paris faces ban for discriminating

Radio Sud : “Y-a-t-il un raciste anti-blanc” avec la BAN

Vidéo

Et ta connerie, elle vient aussi des Etats-Unis ? / STO Express

NON-MIXITÉ : OCÉANEROSEMARIE SÈCHE LES PLEURS DES HOMMES BLANCS

RÉUNIONS NON-MIXTES : « QUAND ON EST NOIR EN FRANCE, ON EST DOMINÉ »

Cette non-mixité militante qui fait débat / Médiapart Live

Articles

Nyansapo : De quelle couleur est le festival ? / Mrs Roots

Paris Mayor Backtracks After Calling for Black Feminist Festival to Be Banned / Time

Françoise Vergès : « La non-mixité fait réagir ceux qui détiennent le pouvoir car ils ont le désir de tout contrôler » / Jeune Afrique

Afro-Feminist Festival Organizers Call Out Paris Mayor For Accusing Them Of Racism / Huffpost Black Voices

« Nyansapo Fest », le festival afro-féministe qui fait polémique / NOFI

LA LICRA ET L’EXTRÊME DROITE UNIES CONTRE L’ORGANISATION D’UN FESTIVAL AFROFÉMINISTE / Le Muslim Post

Aux origines de la polémique sur le festival afroféministe Nyansapo / Libération

« Interdit aux Blancs »? Pourquoi le festival Nyansapo choisit la non-mixité / L’Express

Festival « afroféministe » : Anne Hidalgo annonce une « solution » qui consiste en ce qui était déjà prévu / Europe 1

Pourquoi l’afroféminisme crispe-t-il autant la France ? / Arte Info

Black Feminist Festival in France Deemed Racist by Anti-Racist Orgs / Vice

Festival Nyansapo : dépasser le débat sur la non mixité et rencentrer la discussion sur le racisme / Le Blog de Joao

When an Afro-feminist festival defies white supremacy / Al Jazeera

Tribunes

Bas les masques / Maboula Soumahoro

Barrage républicain: la maire PS de Paris Anne Hidalgo, la LICRA et l’extrême droite / Tribune collective

La non-mixité, un outil politique indispensable / Rokhaya Diallo

Non à l’interdiction du festival afro-féministe NYANSAPO ! / NPA

Thread Twitter

Récap des attaques / Gottheblues

Qui sont ceux qui attaquent Mwasi/ Collectif Des Raciné.e.s 

Sur la préparation du raid twitter de JVC contre MWASI / Mwasi-Collectif

Audrey Pulvar et ses errements / Joao Gabriell

Sur l’utilisation de Fanon, Cesaire, Rosa Parks contre l’anti-racisme / Joao Gabriell

Sur la dimension raciste des attaques subies par Mwasi / Joao Gabriell

 

 

 

 

 

Festival NYANSAPO : Avoir l’audace d’être une organisation noire politique et autonome

2

English version 

La semaine dernière, on nous a traitées de racistes, un nombre incalculable de fois. On nous a accusées de promouvoir la ségrégation raciale et la discrimination. On a comparé notre association au Ku Klux Klan. On nous a dit d’arrêter de fantasmer. On nous a dit d’arrêter de “se prendre pour des Américaines”. On nous a dit qu’on était coloristes et qu’on allait trier les gens sur leur degré de mélanine. On nous a dit que ce genre d’initiative comme la nôtre menait à des génocides, à la Shoah. On nous a conseillé d’aller vivre en Afrique du Sud. On nous a dit d’aller vivre “là où il y a que des Noir.e.s”. On nous a dit de retourner en Afrique. On nous a dit qu’on menait une guerre contre les hommes blancs, contre les femmes blanches (à qui on faisait de la peine), contre les Blanc.he.s en couple avec des Noir.e.s, contre les Blanc.he.s qui avaient des enfants métisses, contre les Blanc.he.s qui avaient des ami.e.s noir.e.s.. On nous a dit qu’on voulait détruire le pays, la République, l’humanisme, l’universalisme. On nous a dit qu’on était stupides, connes, inutiles. On nous a dit qu’on était des putes. On nous a dit qu’on était des salopes. On nous a dit qu’on était des connasses. On nous a dit d’aller nous faire enculer (on a perdu le compte), d’aller nous faire exciser (4 fois), d’aller nous faire sodomiser par divers animaux. On nous a dit qu’on allait nous “péter la gueule” (2 fois), nous “défoncer”, nous “faire la peau”. On nous a traitées de guenons (3 fois), de mules, de sous-merdes (2 fois).

Pour rappel, on organise des ateliers pour femmes noires et métisses sur le racisme, l’hétéro-patriarcat et le capitalisme. Donc bon. Avec cette information en tête on relit le premier paragraphe et on respire.

Apparemment, en 2017, en France, l’idée que des afro-descendant.e.s s’organisent politiquement en autonomie est tellement insupportable qu’elle vaut une campagne de harcèlement sur Internet et des menaces d’annuler l’événement par les autorités. Enfin, ce n’est pas tout à fait exact. En 2017, en France, on peut faire des réunions féministes non-mixtes entre femmes. On risque de subir quelques critiques d’hommes qui ne comprennent pas pourquoi ils ne pourraient pas venir donner leur avis précieux sur la condition féminine, mais on peut bénéficier de subventions de la Mairie de Paris, comme la Maison des femmes par exemple, où un homme ne peut pas entrer. On peut organiser des festival féministes réservés aux femmes, comme Cineffable, et être soutenu par la Mairie de Paris.

Curieusement, dès qu’un certain critère vient s’ajouter, le critère racial, la non-mixité devient intolérable et fait réagir au plus haut niveau. Au plus haut niveau, vous savez, ces espaces de pouvoir où les personnes non-blanches sont tellement peu nombreuses que lorsqu’on en a une, on s’assure bien de la mettre au premier rang sur la photo.

On veut bien des femmes noires, pour nettoyer discrètement les bureaux et pour garder les enfants pendant qu’on fait ses heures sup de cadre.

Des femmes noires qui s’organisent politiquement, qui se réunissent et parlent ensemble pour définir des agendas et stratégies de luttes et résistance, ça, ça plaît beaucoup moins.

Nous n’avons pas non plus été surprises par les réactions de certains. Les trolls d’extrême-droite qui s’excitent sur jeuxvideos.com, planifient des attaques groupées en nous comparant au passage à deux ou trois animaux, on a malheureusement l’habitude.

Que les chuchotements de ces trolls et de l’extrême droite, trouvent oreille favorable auprès de la Maire de Paris, correspond à une certaine logique. Le racisme de gauche a cette particularité de vouloir garder le monopole de l’antiracisme dans le lexique de la morale. Comme la gauche c’est le bien, en tant qu“’humaniste”, “universaliste” c’est tout à fait normal pour elle de savoir mieux que nous ce qu’il faut faire ou ne pas faire contre le racisme. Et ce contre toute logique, au regard de l’historique de la gauche en matière de colonialisme, de racisme et de récupération des luttes de l’immigration.

 

Capture d_écran 2017-06-04 à 20.29.16

Le 29 mai 2017, la Mairie de Paris s’empresse de tweeter qu’elle va non seulement faire annuler l’événement mais qu’elle envisage de nous poursuivre pour discrimination. Dans le tweet d’Anne Hidalgo, nos ateliers réservés aux femmes noires et métisses afro-descendantes se transforment en “interdits aux Blancs”, et comme le rappelait le frère Joao Gabriell : “Il s’agit ni plus ni moins pour moi d’une énième preuve que ce n’est pas la non-mixité en soi qui gêne ces gens-là, mais bien l’absence du Blanc, censé incarner l’universel, selon leur vision eurocentrée. C’est à dire qu’à partir du moment où le Blanc n’a pas sa place, il s’agit là d’un attentat contre sa position de référent autour duquel tout doit tourner”.

Ce qui est bien, avec cette polémique, c’est qu’elle nous permet de faire une enquête sur ce que veut dire “discrimination” pour la gauche gouvernementale et les organisations de l’antiracisme moral (LICRA, SOS Racisme). Et ce qu’on peut dire, c’est qu’il y a du travail. Apparemment, discriminer quelqu’un c’est juste lui dire qu’il ne peut pas faire quelque chose. Aucune trace du fait qu’il s’agit d’un rapport de pouvoir, d’assignation sociale, de domination politique, économique ou culturelle, dont le but est d’empêcher ces groupes d’accéder à des ressources (emploi, logement, études, etc.) et à des espaces socialement valorisés, ou de pouvoir (pouvoir politique, etc.).

Le petit problème dans leur plan “Faites-moi taire ces femmes noires que je ne saurais voir”, c’est qu’on est déjà passé par là. Tout ce cirque a déjà eu lieu l’année dernière, à l’occasion de la première édition du Camp d’été décolonial. La Mairie ne peut pas annuler notre événement puisque les ateliers non-mixtes ont lieu dans des espaces privés. Tout ce qui se passe à la Générale est “ouvert à tou.t.e.s”. Quelle ne fut pas notre surprise, devant le  tweet d’Anne Hidalgo se félicitant d’être intervenue “fermement” auprès de nous (c’est bizarre, la fermeté n’était pas vraiment le ton de leur coup de fil pourtant), suivi d’un tweet disant que les ateliers non mixtes se tiendront dans des lieux privés. La publication de ces deux tweets à la suite suggère qu’il s’agit du résultat de l’intervention.

Sauf, Mme Hidalgo, qu’Internet a une mémoire, et les gens aussi. Nos communications sur le festival datent déjà d’il y a plusieurs semaines. Le site et le programme du festival sont plus anciens que vos tweets. N’importe quelle personne peut vérifier chronologiquement, qu’aucun changement n’a été apporté au programme.

On dit souvent que l’histoire est racontée par les gagnants. L’histoire est surtout racontée par les dominants, qui ont le pouvoir de faire dire à la réalité ce qu’ils veulent. Ils n’ont pas à s’excuser dans la vie. Ils n’ont pas à se justifier sur leurs actions.

Merci pour vos magnifiques #suiteamoninterventionferme ou encore #tweetecommeHidalgo, qui nous ont bien fait rire dans ces moments difficiles.

La non-mixité est un outil militant déjà ancien. Depuis la semaine dernière, en réponse à des messages passablement agressifs, nous avons envoyé plusieurs dizaines de fois une BD pédagogique sur la non-mixité, ou encore le texte de Christine Delphy. Les accusations d’être ségrégationnistes montrent bien l’incompréhension des gens autour du fait que la non-mixité n’est pas un objectif, mais un outil, qui s’est construit sur des décennies d’expertise militante et de réflexion sur l’efficacité des différentes luttes. Toute personne qui a un jour voulu s’impliquer dans ces militantismes peut se rendre compte rapidement que ces espaces, qu’on croirait être enfin des espaces d’expression des minoritaires concernés par ces oppressions, restent souvent des espaces définis et contrôlés par les majoritaires. C’est pour cette raison que des associations comme la LICRA, SOS Racisme et autres n’apprécient pas vraiment qu’on leur fasse des remarques sur la couleur étrangement très uniforme de leurs instances dirigeantes. La confiscation des luttes politiques aux concerné.e.s est un mouvement historique et systématique, par le système dominant pour se protéger, en sapant les mouvements de contestation à la racine. Dépolitiser le discours, imposer le point de vue blanc et majoritaire sur les questions, imposer le ressenti, les enjeux des hommes dans le féminisme, etc.

 

Que fait-on dans nos espaces non-mixtes ?

 

Certaines personnes, en voulant sûrement aider, ont commencé à faire des comparaisons pas très flatteuses. “Vous attaquez le festival mais vous dites rien sur les bars identitaires à Lille !”. Est-ce qu’on a besoin de préciser qu’on apprécie très peu cette comparaison qui n’a pas lieu d’être ? On parle ici d’espaces occupés par l’extrême-droite et les mouvements suprémacistes blancs, espaces dans lesquels un.e racisé.e serait littéralement en danger, espaces consacrés au développement et au renforcement de théories racistes, sexistes et homophobes violentes.

 

Les espace non-mixtes que nous mettons en place, nous permettent de réfléchir à notre organisation comme corps politique sur des enjeux comme les violences policières, la culture du viol, l’homophobie et la transphobie, les discriminations concernant l’emploi, le logement ou l’éducation. Ce sont aussi des espaces de transmission de savoirs et de production théorique sur l’histoire des combats afroféministes, luttes anti-colonialistes afro-caribéennes, le panafricanisme, l’anti-capitalisme. Enfin ces espaces sont aussi des lieux pour apprendre à prendre soin de nous, pour rester fièr.e.s et aimant.e.s de nos communautés, de nos corps, pour transmettre l’histoire des combats de nos communautés  et afroféministes aux enfants et encourager leur estime d’eux-mêmes, et de plein d’autres choses.

 

Le plus drôle reste quand même que ces réactions scandalisées à la non-mixité de certains ateliers du festival sont en fait venues justifier aux yeux de tous la nécessité de la non-mixité (relire le premier paragraphe si besoin). On imagine avec plaisir un atelier interrompu par A qui pense que “le racisme n’existe que si on y croit”, par B qui déclare qu’on est racistes parce qu’on ose “faire la différence entre les Noirs et les Blancs”, par C qui veut partager “[sa] très bonne connaissance de l’Afrique et des Africains” parce qu’il a vécu deux ans au Mali, D qui est persuadé que “si on travaille dur, le racisme ne compte pas”, E qui “ne voit pas la différence entre les gens de toute façon”, F qui “a beaucoup lu sur l’histoire de l’esclavage et pourrait [nous] apprendre des choses”, et on pourrait continuer pendant des jours et des jours. (Tous ces exemples correspondent à des commentaires, tweets et messages réels reçus par Mwasi depuis le début de la polémique). Vraiment, en voyant tout ça, on se demande pourquoi il existe des espaces non-mixtes dis donc…

 

C’est un peu la même chose quand on voit les tweets de désinformation émanant pourtant des institutions, les très nombreux reportages et articles de presse qui reprennent, sans se poser la question de l’exactitude de la source et des faits, l’expression choc “festival interdit aux Blancs”. La couverture médiatique du militantisme est de manière générale déplorable et réductrice. Heureusement, nous avons vu apparaître de nombreux articles de qualité de la presse étrangère, qui venaient comme bien souvent demander : “What the fuck, France ?”. Comme pour le burkini, comme pour le port de signes religieux à l’école, comme pour la majorité des débats franco-français sur tout ce qui peut toucher à la “diversité” de la population, nous avons apprécié de voir s’exprimer une réelle incompréhension vis-à-vis des “névroses françaises” qui mènent à des situations injustes et absurdes.

 

 

Nous estimons que nous n’avons pas à faire nos actions non-mixtes en nous cachant, en catimini. Savoir que les oppressions que nous subissons sont des expériences collectives et que nous avons donc besoin de nous organiser collectivement contre ce système.

 

On envoie donc tout notre amour et notre soutien aux personnes noires et métisses afrodescendantes qui ont eu à subir indirectement les répercussions de cette offensive raciste ; les personnes qui ont été exposées comme nous à des commentaires, des tweets, des messages violents, à la fois racistes, sexistes et homophobes.

 

On remercie toutes celles et ceux qui nous ont montré leur soutien, avec le hashtag #JesoutiensMwasi, avec des messages, avec des dons. A commencer par les anciennes membres du collectif, notamment sa fondatrice Sharone. On remercie les afroféministes actives sur Twitter (vous êtes au dessus), le Black Atlantic Twitter qui s’est mobilisé des Etats-Unis en Grande-Bretagne en passant par le Kenya et Haïti (#BlackOnBlackLove), les collectifs militants, les associations, les personnalités qui nous ont soutenu indéfectiblement, depuis la Générale à Black Lives Matter, en passant par Maboula Soumahoro, Rokhaya Diallo, Françoise Vergès, Amandine Gay, Gerty Dambury, Léonora Miano, Alexis Peskine, Amzat Boukari, Zahra Ali, Sihame Assbague, Cineffable, Alice Coffin, Sylvie Tissot, Océanerosemarie, Christine Delphy et tou.te.s les autres.

Polémique après polémique, intimidation après intimidation, les “patriotes”, les “républicains”  et boutiquiers de l’antiracisme moral ne semblent pas comprendre que leurs front commun  ne fait que renforcer notre détermination à nous organiser en autonomie.

Nous savons que le chemin sera long, qu’il y aura d’autres batailles, mais nous ne les mèneront pas seules.

Le Collectif MWASI

SOUTENEZ LE FSTIVAL

 

 

 

Presse

Podcast

BBC : ‘Black women only’ event in Paris faces ban for discriminating

Radio Sud : “Y-a-t-il un raciste anti-blanc” avec la BAN

Vidéo

Et ta connerie, elle vient aussi des Etats-Unis ? / STO Express

NON-MIXITÉ : OCÉANEROSEMARIE SÈCHE LES PLEURS DES HOMMES BLANCS

RÉUNIONS NON-MIXTES : « QUAND ON EST NOIR EN FRANCE, ON EST DOMINÉ »

Cette non-mixité militante qui fait débat / Médiapart Live

Articles

Nyansapo : De quelle couleur est le festival ? / Mrs Roots

Paris Mayor Backtracks After Calling for Black Feminist Festival to Be Banned / Time

Françoise Vergès : « La non-mixité fait réagir ceux qui détiennent le pouvoir car ils ont le désir de tout contrôler » / Jeune Afrique

Afro-Feminist Festival Organizers Call Out Paris Mayor For Accusing Them Of Racism / Huffpost Black Voices

« Nyansapo Fest », le festival afro-féministe qui fait polémique / NOFI

LA LICRA ET L’EXTRÊME DROITE UNIES CONTRE L’ORGANISATION D’UN FESTIVAL AFROFÉMINISTE / Le Muslim Post

Aux origines de la polémique sur le festival afroféministe Nyansapo / Libération

« Interdit aux Blancs »? Pourquoi le festival Nyansapo choisit la non-mixité / L’Express

Festival « afroféministe » : Anne Hidalgo annonce une « solution » qui consiste en ce qui était déjà prévu / Europe 1

Pourquoi l’afroféminisme crispe-t-il autant la France ? / Arte Info

Black Feminist Festival in France Deemed Racist by Anti-Racist Orgs / Vice

Festival Nyansapo : dépasser le débat sur la non mixité et rencentrer la discussion sur le racisme / Le Blog de Joao

When an Afro-feminist festival defies white supremacy / Al Jazeera

Tribunes

Bas les masques / Maboula Soumahoro

Barrage républicain: la maire PS de Paris Anne Hidalgo, la LICRA et l’extrême droite / Tribune collective

La non-mixité, un outil politique indispensable / Rokhaya Diallo

Non à l’interdiction du festival afro-féministe NYANSAPO ! / NPA

Thread Twitter

Récap des attaques / Gottheblues

Qui sont ceux qui attaquent Mwasi/ Collectif Des Raciné.e.s 

Sur la préparation du raid twitter de JVC contre MWASI / Mwasi-Collectif

Audrey Pulvar et ses errements / Joao Gabriell

Sur l’utilisation de Fanon, Cesaire, Rosa Parks contre l’anti-racisme / Joao Gabriell

Sur la dimension raciste des attaques subies par Mwasi / Joao Gabriell

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Mississippi Goddam », le cri de rage de Nina Simone: Traduction et mise en contexte

Mississipi Goddam. Antibes, 24/25 juillet 1965

Dans cette chanson explicitement politique, Nina Simone parle du meurtre du militant Medgar Evers dans l’état du Mississippi et de la mort de quatre enfants lors de l’attaque d’une église noire par le Ku Klux Klan en Alabama.

Elle évoque sans détour sa rage, son indignation face à la ségrégation, aux discriminations quotidiennes que subissent les noir.e.s, et elle dénonce les critiques du mouvement pour les droits civiques qui somment à une modération des militant.e.s dans des discours moralisateurs et universalistes. 

Rappel chronologique du mouvement pour les droits civiques aux U.S.A

1776

4 juillet, la déclaration d’indépendance. Naissance des États-Unis d’Amérique

1861-1865

Guerre de sécession, conduisant à l’abolition de l’esclavage

1865

Création du Ku Klux Klan (KKK), organisation clandestine prônant la suprématie blanche

1896

L’arrêt de la Cour suprême Plessy v. Ferguson autorise les États qui le souhaitent à imposer des mesures de ségrégation raciale. De cette loi découlera la doctrine de l’apartheid à l’américaine est appelée « separate but equal » (séparés mais égaux).

1909

Création de la NAACP, la National Association for the Advancement of Colored People, association nationale pour l’avancement des gens de couleur

1914

Marcus Gravey lance son mouvement nationaliste noir

marche_1917

Marche de protestation silencieuse à New York organisée par la NAACP
contre les émeutes raciales à East St. Louis (Illinois), 1917.
Photo © Underwood & Underwood, N.Y.
Source : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington D.C.

1917

2 juillet 1917  Une émeute éclate à East Saint Louis, Illinois; les travailleurs noirs réclament l’égalité des salaires avec les travailleurs blancs, en résultent 48 morts.

1930

Création de la NOI (Nation of Islam), organisation noire radicale se revendiquant d’une forme d’islamisme sans grand rapport avec les fondements de la religion musulmane

1947

Jackie Robinson, premier noir à jouer en Ligue majeure de Baseball

Jackie_Robinson_No5_comic_book_cover

Couverture de comic book de 1951

1951

Linda Brown élève noire résidant à Topeka au Kansas se voit refuser l’inscription dans une école blanche proche de son domicile et doit s’inscrire dans l’école noire distante de plus d’un kilomètre. Son père s’empare de la justice afin de contester la loi ségrégationniste

linda brown

Linda Brown

1954

L’arrêt de la Cour suprême Brown v. Board of Education déclare anti-constitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques.  La ségrégation dans les écoles publiques des États-Unis d’Amérique  est donc révoquée.

1955

2 mars 1955 Claudette Colvin, 15 ans, refusa de laisser son siège à un passager Blanc dans un autobus de Montgomery, en violation des lois locales imposant la ségrégation raciale dans les transports publics.

1er Décembre 1955, soit 9 mois plus tard, Rosa Parks, entraînée par le Dr Martin Luther King Jr pour une reconstitution stratégiquede l’arrestation de Colvin, menée par une militante jugée apte à résister aux systèmes judiciaires et médiatiques. Cette manoeuvre fortement médiatisée signe le début du boycott des bus de Montgomery (Alabama).

Claudette_Colvin.jpg

Claudette Colvin, 1953.

1957

Création de la SCLC, la Southern Christian Leadership Conference, luttant pour les droits civiques dans un esprit de non-violence chrétienne, présidée par Martin Luther King

ségrégation_oklahoma

Un noir, buvant au refroidisseur d’eau, dans le terminal de tramway d’Oklahoma City, juillet 1939.
Photo © Russell Lee.
Source : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington D.C.

1957-1959

À Little Rock (Arkansas), violente crise conduisant à l’abolition de la ségrégation dans les écoles

1960

Premiers sit-in à Greensboro (Caroline du Nord), action de protestation non-violente, qui s’étendra à travers tous les États-Unis et des premiers freedom rides, voyages dans des bus inter-États pour la déségrégation dans les transports.

greensboro sit-in.jpg

Woolworth sit-in. Joseph A. McNei, Franklin E. McCain, William Smith et Clarence Henderson au Woolworth lunch counter à Greensboro, Caroline du Nord.  (Courtesy of Greensboro News and Record)
14 novembre 1960, Ruby Bridges alors âgée de 6 ans, entre à l’école pour la première fois, devenant la première enfant noire scolarisée à la William Frantz Elementary School et la première enfant afro-américaine à fréquenter une école blanche en Louisiane. Légalement contrainte d’accepter l’enfant noire dans son établissement, la William Frantz Elementary School a été boycottée par les parents blancs, mais également la majorité du personnel qui a refusé d’accepter la petite Rudy parmi les autres élèves.

US_Marshals_with_Young_Ruby_Bridges_on_School_Steps.jpg

1961

Décret du président John F. Kennedy instaurant l’affirmative action (discrimination positive) pour lutter contre les discriminations raciales à l’embauche

1963

17 mars 1963, La Marche sur Washington pour les droits civiques réunit entre 200 000 et 300 000 personnes, Martin Luther King y fait son discours I Have a Dream.

MLK i have a dream.jpg

Premier hot summer (émeute raciale).Violences meurtrières à Birmingham (Alabama) après la déségrégation effective de quatre écoles.hot summer 1960

15 septembre 1963 à Birmingham en Alabama, un attentat perpétré par le KKK dans l’église baptiste de la 16e rue  tue quatre jeunes filles noire, Addie Mae Collins, Carole Robertson, Cynthia Wesley et Denise McNair, vingt-deux autres personnes sont également blessées.

alabama church bombing victims.jpg

Addie Mae Collins, Carole Robertson, Cynthia Wesley et Denise McNair

1964

Durant le Freedom Summer, campagne d’inscription électorale pour les Afro-Américains au Mississippi, meurtre de trois militants des droits civiques

freedom summer 1964.jpg

Adoption du Civil Rights Act interdisant toute forme de ségrégation dans les lieux publics

Malcom X crèe son propre mouvement nationaliste noir, the Muslim Mosque, Inc

1965

Assassinat de Malcom X

Les Marches de Selma à Montgomery (Alabama), une militante blanche est assassinée par le KKK

selma march 1965.jpeg

Hot summer de Watts (Los Angeles)

Adoption du Voting Rights Act, supprimant les tests et taxes pour devenir électeur

1967

L’arrêt de la Cour suprême Loving v. Virginia, déclare anti-constitutionnelle l’interdiction des mariages mixtes

Mildred_Jeter_and_Richard_Loving.jpg

Mildred et Richard Loving. 1967

1968

4 avril 1968, assassinat de Martin Luther King, suivi d’émeutes à Chicago, Baltimore et Washington

ségrégation- taxis

Taxis à Albany (Géorgie), 18 août 1968.

______________________________________

C’est en juillet 1965 que Nina Simone chante la chanson, « Mississippi Goddam » à Antibes.

En voici une traduction:

Le nom de cette chanson est  » Le Mississippi, bon sang  » et Je pense chacun des mots qui la compose.

L’Alabama m’a rendu folle de rage

Le Tennessee ma fait perdre le sommeil

Et tout le monde sait ce qu’il en est du Mississippi, bon sang!

 

L’Alabama M’a rendu folle de rage

Le Tennessee ma fait perdre le sommeil

Et tout le monde sait ce qu’il en est du Mississippi, bon sang!

 

Ne le vois-tu pas ?

Ne le ressens-tu pas ?

Ca flotte dans l’air

Je ne peux plus supporter cette pression

Que quelqu’un dise une prière.

L’Alabama M’a rendu folle de rage

Le Tennessee ma fais perdre le sommeil

Et tout le monde sait ce qu’il en est du Mississippi, bon sang!

C’est une chanson pour un spectacle, mais celui ci n’a pas encore été écrit.

 

La meute de chiens est a mes trousse,

Les petits écoliers sont en prison.

Un chat noir traverse ma route

Chaque jour me semble devoir être mon dernier.

 

Que dieu ait pitié de mon pays.

Nous aurons tous ce que nous méritons quand le moment sera venu

Ma place n’est pas ici

Ma place n’est pas là bas.

Je ne crois même plus aux prières

Ne me dis pas

C’est moi qui te dis

Moi et mon peuple on te parle juste de notre dû

J’y étais alors je sais

 

Il continuent à dire  » Allez-y doucement « 

Mais c’est justement le problème

 » Vas y doucement « 

Laver les vitres

 » Vas y doucement « 

Ramasser le coton

 » Vas y doucement « 

Il est biens connu que vous n’êtes que pourriture

 » Vas y doucement

Vous êtes de sale fainéants

 » Vas y doucement « 

Réfléchir, c’est pour les fous

 » Vas y doucement « 

Où vais je ?

Que fais je ?

Je ne sais pas

Je ne sais pas

Essaye juste de faire de ton mieux

Lève-toi et soit compté comme tous les autres

Car tout le monde sait ce qu’il en est du Mississippi, bon sang!

Je vous ai fait croire que je plaisantais n’est ce pas?

Les piquet de grêve

Le boycott des écoles

Il veulent nous faire croire que c’est un complot communiste

Tous ce que je veux c’est l’égalité

Pour ma soeur, mon frère et moi.

Oui, vous m’avez menti toutes ces années

Vous m’avez dit de laver et nettoyer mes oreilles

Et de parler très correctement, comme une dame

Et que vous arreteriez de m’appeler  » Sister sadie « 

Oh mais tout ce pays et emplis de mensonges

Vous allez tous mourir et tomber comme des mouches.

Je ne vous fait plus confiance.

Vous continuez à dire  » Vas y doucement « 

 » Vas y doucement « 

Mais c’est justement le problème

 » Vas y doucement « 

La dé-ségrégation

 » Vas y doucement « 

La participation de masse

 » Vas y doucement « 

La réunification

 » Vas y doucement « 

Faire les chose graduellement

 » Vas y doucement « 

Mais engendrer plus de tragédie

 » Vas y doucement « 

Comment peux tu ne pas le voir ?

Comment peux tu ne pas le sentir ?

Je ne sais pas.

Je ne sais pas.

Vous n’avez pas besoin de vivre à côté de moi

Donnez moi juste mon égalité.

Tout le monde sait ce qu’il en est du Mississippi

Tout le monde sait ce qu’il en est de l’Alabama

Tout le monde sait ce qu’il en est du Mississippi

Voila !

Droits civiques aux États-Unis : références bibliographiques

  • Je fais un rêve, les grands textes du pasteur noir, de Martin Luther King, Bayard Jeunesse, 2e édition 2008
  • Les Rêves de mon père : l’histoire d’un héritage en noir et blanc, de Barack Obama, Editions Presses de la Cité (format Poche) 2008
  • Malcolm X et Martin Luther King : même cause, même combat, de James H. Cone, Editions Labor et Fides réédition 2008
  • Freedom Summer : luttes pour les droits civiques, Mississippi 1964, de Doug McAdam, Editions Agone 2012
  • Les Noirs américains : des champs de coton à la Maison Blanche, de Nicole Bacharan, Editions Perrin 2010
  • Comprendre les États-Unis d’aujourd’hui, d’André Kaspi, Editions Perrin 2009
  • Histoire des États-Unis, de René Rémond, Presses Universitaires de France – PUF, réédition 2011
  • Codes noirs : de l’esclavage aux abolitions, d’ André Castaldo, Editions Dalloz-Sirey 2006

#7Novembre16H34 : Non, ceci n’est pas une mobilisation

On a eu mal aux yeux en voyant “les françaises” en introduction ( le texte de l’événement ainsi que le visuel ont été ensuite modifiés) : doit on rappeler que les domaines de l’exploitation salariale les plus féroces sont ceux où l’on trouve le plus de femmes racisées , très souvent de nationalité étrangères. Des domaines comme le ménage et la garde d’enfants où ces femmes sont les salariées de couples composées de femmes blanches…. #AlloSolidaritéFeminine

Oui parce qu’en France les travailleuses ne sont pas toutes françaises !

capture-decran-2016-11-07-a-14-43-34

Cette mobilisation est organisée par Les Glorieuses, nous vous laissons l’appréciation du projet ainsi que du champ lexical “féminisme-qui-fait-pas peur, gentil et cool”

“Lorsque Rebecca Amsellem (27 ans, économiste) et Alix Heuer (27 ans, spécialiste du numérique) entreprennent de diffuser à un large public une newsletter d’information alternative féministe, c’est pour créer “Les Glorieuses”. Le projet est conçu durant l’été 2015 et se concrétise fin septembre 2015 : il s’agit de briser les préjugés invétérés et de créer une newsletter hebdomadaire sur les intérêts politiques et culturels des femmes dans le monde. Sur un ton léger et positif, l’initiative se veut franche et sans tabou.”

Dans un staut Morgan

L’égalité salariale est une question sérieuse ( même si la finalité de la lutte est l’abolition du système salariale capitaliste), organiser une mobilisation qui se veut nationale et coordonnée, demande du temps, des réunions, des alliances, de la concertation.

Avec un minimum de préparation les organisatrices/teurs auraient eu la jugeote de ne pas choisir 16h34, heure à laquelle beaucoup de femmes salariées, sont déjà sur le chemin des sorties d’écoles, étant les plus nombreuses à temps partiel.

Une préparation aurait pu même permettre d’apporter du soutien aux salariées des PME/TPE/ où le rapport de force avec l’employeur est beaucoup plus compliqué, et qu’en est-il des personnes aux contrats précaires, qui pourront être sanctionnées par un non renouvellement dans un contexte marqué par le chômage.

C’est le type d’événement parfait pour un passage au Grand/petit/moyen journal, un encart dans Le Monde, voire si il est bien arrangé, pour faire des belles images (qui ne pourra pas être pire que la photo de couverture de cet événement) avec une élue surement PS. Et cela n’a pas manqué vu que Laurence Rossignol (la ministre fait des déclarations négrophobes, islamophobes et révisionnistes) qui a été solidaire de son gouvernement lors de la mobilisation contre la loi travail soutient l’initiative, tout comme … Marine Le Pen.

Pour vous, dans votre PME, qui êtes payé beaucoup moins que tou.te.s vos collègues parce que vous êtes une femmes racisées, vous qui faites 3 fois plus et dont on guette la moindre erreur, vous qui êtes dans les secteurs les plus pénibles, vous qui enchainez les micros contrats, vous qui êtes exclue de l’emploi pour votre hijab à cause de l’islamophobie, vous qui n’avais d’horizon que le smic … ben en fait, non pas vous.

Voilà ce que dit ce genre d’initiative totalement hors sol, car sans ce travail en amont d’organisation pas de solidarité possible pour protéger les plus vulnérables au travail.