Antiracisme et anticarcéralisme

Image may contain: one or more people and text

« L’incarcération de masse » rime avec racialisation des dispositifs carcéraux. A travers les Centres de rétention administrative (CRA), la gestion des prisons d’outre-mer, la sur-représentation des personnes racisées dans la population carcérale, ou encore la discrimination présente tout au long de la chaîne pénale, la prison est effectivement un vecteur institutionnel majeur du racisme structurel en France (et ailleurs, bien sûr). Pourtant, le racisme semble être un angle mort de la réflexion anti-carcérale en France.

Pour répondre à cette problématique, le Genepi, association militant pour le décloisonnement des institutions carcérales, vous propose une conférence qui verra plusieurs militant.e.s anti-racistes exposer leurs approches pour développer une critique politique de la prison comme institution centrale du dispositif répressif raciste.

// PRÉSENTATION DES INTERVENANT.E.S //

x Assa Traoré – Le comité pour Adama (La vérité pour Adama)

Le comité pour Adama se bat depuis plus de deux ans pour obtenir justice et vérité suite à la mort d’Adama Traoré. Du fait de leur implication dans ce combat, de nombreux jeunes de Beaumont, dont plusieurs frères d’Adama, ont été envoyé en prison en Ile-de-France. Assa Traoré sera présente pour nous parler de son combat et de celui que ses frères mènent depuis les prisons.

x La Brigade Anti Négrophobie

Née en 2005, la Brigade Anti Négrophobie se structure autour de quatre piliers : la quête de justice ; la restauration de l’identité des africains et de leurs descendants déportés, « esclavisés » puis colonisés ; l’engagement collectif et l’auto-détermination. Nous aborderons avec eux la place qu’occupe la prison dans le processus de déshumanisation des noir.e.s et la façon dont elle s’inscrit dans le prolongement d’une idéologie coloniale.

x João Gabriell (Le blog de João)

João Gabriell est un blogueur et militant politique guadeloupéen. Nationaliste guadeloupéen, panafricaniste, afroféministe, il développe une approche afrocentrée de la lutte des classes. Il a notamment entrepris des réflexions sur les masculinités noires, la négrophobie et la prison en tant qu’institution raciste. Ses textes sont disponibles sur son blog : https://joaogabriell.com/

MWASI – Collectif Afroféministe

Mwasi est un collectif non-mixte de femmes et personnes assignées femmes, Noires et métisses, qui lutte contre les violences et différentes oppressions qu’elles subissent. Leurs combats concernent de nombreux champs de bataille : les discriminations liées à la race, à la classe, au genre, à la sexualité, à la santé, la religion. Une militante de Mwasi sera présente pour évoquer la place de la prison au sein du système capitaliste blanc.

Collectif La Chapelle Debout

La Chapelle Debout! est un collectif luttant pour l’égalité des droits avec tou.te.s les exilé.e.s, en intervenant notamment dans les rues du nord-est parisien, dans les Centres de rétention administrative (CRA) d’Ile-de-France, dans les aéroports, et plus généralement dans l’espace politique autour de la question de la migration et du racisme d’Etat. Le collectif animera un atelier sur les CRA, qui détiennent près de 50 000 personnes par an en France, et dans lesquels la durée de rétention vient d’être rallongée de 45 jours à 90 jours pour les personnes sans-papiers par la récente loi asile-immigration.

// PROGRAMME //

14h-15h30 : Une conférence permettra d’aborder sous différents angles les liens entre antiracisme et anticarcéralisme, afin de mettre en évidence le racisme structurel présent tout au long de la chaîne pénale et au sein des divers dispositifs étatiques de la répression.

15h30-17h : Les intervenant.e.s animeront trois ateliers thématiques.
x La Brigade Anti-Négrophobie parlera de pratiques racistes en amont de la chaine pénale : le contrôle au faciès et les violences policières. Ces pratiques qui mènent souvent à une procédure judiciaire, pouvant entrainer à terme une condamnation et une incarcération.

x Le Collectif La Chapelle Debout! fera un état des lieux des Centres de rétention administrative (CRA), qui détiennent près de 50 000 personnes par an en France, et dans lesquels la durée de rétention vient d’être rallongée de 45 jours à 90 jours pour les personnes sans-papiers par la récente loi asile-immigration. La question migratoire est centrale au combat antiraciste, notamment du fait que les exilé.e.s sont en première ligne en ce qui concerne la répression d’Etat.

x João Gabriell et une intervenante du Collectif Mwasi animeront un atelier autour des perspectives abolitionnistes, nous permettant de penser l’autodéfense et les alternatives communautaires à la justice d’Etat et à la prison.

Samedi 29 septembre – 14H/17H

Salle Eugène Varlin,

Bourse du Travail,

3 Rue du Château d’Eau,

75010 Paris, Métro République

L’événement est ouvert à tou.te.s.
Tout propos/sous-entendu/comportement oppressif ne sera pas toléré. Les organisat.eur.rice.s  veilleront aussi à une distribution équitable de la parole.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s