30 septembre et 1er octobre 2017 – Mwasi a participé au festival Afroconciencia à Madrid

Mwasi a intervenu à un débat au cours de la deuxième édition du festival Afroconcienca à Madrid. Ce festival organisé pour les noir-e-s, par les noir-e-s d’Espagne afin de visibiliser les communautés afros d’Espagne.

afroconciencia-cartel-print

20170930_171122
Débat: Strategies d’action des diasporas afros. Dauda Dieye de sindicato de vendedores ambulantes de Barcelona et Malick Gueye du sindicato de lateros y manteros de Madrid, Mamadou Dia ainsi que Rita Bosaho, première députée noire en espagne.
20170930_125649
Le coin libraire était bien fourni en livres sur la cause afro, et la grande surprise a été le coin de livres jeunesse.

20170930_12540720170930_12553020170930_12561720170930_12562820170930_12554820170930_125600

 

Nous avons rencontré des collectifs afros

20170930_140933
Nous avons rencontré des membres de l’organisation Save a girl save a generation
20170930_140928
http://www.saveagirlsaveageneration.org

Nous avons pu profiter d’autres événements « afros » qui avaient lieu à Madrid en même temps que le festival:

La pièce de théâtre de Sylvia Albert, « No es país para negras » (ce n’est pas un pays pour les noires). Le spectacle était très inspirant et très pertinent. Sylvia Albert y raconte sa vie de femme noire née en Espagne; la négrophobie des enfants à l’école, les  rencontre avec les amis et la famille racistes de son partenaire blanc, les blagues négrophobes récurrentes et le déni de l’identité espagnole. Nous avons pu échanger avec son auteure après la représentation. Les expériences des afrodescendant-e-s sont tristement similaires dans les différents pays où nous vivons.
21762378_1433572626690690_6069528676945861479_o

Il y avait également l’installation de Rubén H. Bermúdez « Y tu porque eres negro? » (et toi, pourquoi es-tu noir?).  Le photographe a participé à l’organisation du festival Afroconciencia.

soy espanol y soy negroy tu porque eres ruben

Cette installation biographique mélange photographies de l’enfance de Ruben h. Bermùdez, de ses héros fictifs et réels, mais aussi des documents historiques tels que les dessins de l’intérieur des négriers et les caricatures coloniales.

 

 

 

 

 

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s