Festival NYANSAPO

Du 28 au 30 juillet 2017, le collectif Mwasi organise et accueille la première édition du Festival NYANSAPO, festival afroféministe militant à l’échelle européenne. Ce festival a pour vocation d’être accueilli chaque année par un collectif afroféministe différent à travers l’Europe.

Wishing you a Happy New Year full of love, light and laughter! (1)

Nous voulons construire des stratégies et des solidarités durables, et pour cela il est important de se rencontrer, pour partager, échanger, faire avancer nos combats. Pour cette première édition nous avons choisi de mettre l’accent sur l’organisation de nos résistances en tant que mouvements afroféministes.

Notre festival est organisé en plusieurs espaces :

    • Espace non mixte femmes noires (80% du festival) : débats et construction d’une stratégie et d’un agenda politiques, groupes de paroles, réflexions sur les théories afroféministes et care
    • Espace non mixte personnes noires : Réflexions autour de la communauté noire, et les luttes afros
    • Espace non mixte femmes racisées : Échanges sur les féminismes décoloniaux
    • Espace ouvert à tou.te.s : Tables rondes, show case et expositions

Pourquoi NYANSAPO ? Cela vous semble énigmatique ? Nous honorons à travers le nom de ce festival la sagesse de nos communautés. NYANSAPO, est un adinkra (symboles visuels, créés par les Ashanti du Ghana et les Gyaman de la Côte d’Ivoire) qui signifie noeud de la sagesse, ingénuité, intelligence. La capacité de choisir le meilleur moyen pour atteindre son but, utiliser la connaissance et l’expérience à des fins pratiques.

Et oui, rien que ça, ça promet, alors les sist@s on vous attend et faites passer le mot !

Le festival NYANSAPO est un festival gratuit, organisé bénévolement par les membres de Mwasi, nous avons besoin de dons pour couvrir les frais suivants  :

    • Logistique : impression, sons, vidéos
    • Location des lieux
    • Payer les transports des intervenant.e.s

Faites un don

Site internet et programme bientôt disponibles

 

 

Publicités

4 commentaires

  1. Madame Hidalgo, en prétendant avoir trouvé un compromis avec vous, cache qu’elle a reculé de sa position initiale, que cette position initiale était bien raciste et qu’elle avait tort. En revanche, si compromis il y a eu, cela donne l’impression que c’est vous qui avez cédé du terrain et que vous aviez tort.
    Elle ne présentera jamais ses excuses, mais si aucune mise au point n’est faite sur sa marche arrière ni sa volonté de censure du mouvement noir, les blancs essaieront toujours de porter atteinte à nos libertés fondamentales, puis le cas échéant, de se donner encore le beau rôle s’ils sont pris en flagrant délit de racisme.

    J'aime

  2. Voici ce qui est dit sur le festival international du film lesbien et féministe de Paris :
    https://www.cineffable.fr/fr/c_asso1.htm
    “Nous sommes l’un des seuls festivals non mixtes de films de réalisatrices ……”
    Il ne s’agit pas ici d’une simple association mais d’un festival comme le vôtre, de Paris, qui a droit à la mixité sans que Hidalgo ne trouve rien à redire. Et si la présentation dit “l’un des seuls….”, cela veut bien dire qu’il en existe d’autres non mixtes.
    Donc Hidalgo a bien cherché à censurer et dissoudre le mouvement noir malgré les lois françaises qui autorisent la non mixité.
    La raison, on la devine tous : la non mixité est LA solution à la mobilisation, permet d’empêcher que le dominant ne s’immisce dans les groupes de dominés pour saboter, contrôler et détourner leur combat. Elle permet aussi aux dominés de prendre conscience de l’imposture des dominants sur ces questions, car les notions galvaudées et dévoyées de laïcité, république et autres balivernes ne consistent qu’à nous asservir et faire régresser notre condition davantage encore.
    Je vous souhaite bonne chance pour la suite, de réussir ce que vous entreprenez, et j’espère que la non mixité va se généraliser rien que pour emmerder les dominants qui veulent s’y opposer.

    J'aime

  3. J’oubliais complètement, un autre exemple de « non mixité » et pas des moindres puisqu’il s’agit d’une « non mixité » de dominants : l’association zéro macho de patric jean, une association d’hommes qui traite des questions de femmes. Si on peut encore parler de « non mixité », je parlerais plutôt de ségrégation dans ce cas, et bien cette ségrégation ne semble pas déranger la maire de paris ni Rossignol l’ex ministre.

    Donc ces féministes socialistes approuvent la ségrégation masculine, mais refusent à des femmes parce qu’elles sont noires de se regrouper entre elles.

    Cherchez l’erreur !!

    J'aime

Répondre à babeil Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s